Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
parislamer.over-blog.com

Extrait d’Ubu cycliste, d’Alfred Jarry

14 Juillet 2013 , Rédigé par La Boussole Affolée

« Il était vêtu d’une redingote et coiffé d’un chapeau haut de forme gris de poussière. La jambe droite de son pantalon était retroussée, comme s’il eût fait exprès afin d’avoir plus de chances de s’empêtrer dans sa chaîne ; et la jambe gauche serrée à l’aide d’une pince de homard. Ses pieds, sur leurs pédales en caoutchouc, étaient chaussés de bottines à élastiques. Sa machine était un corps-droit à caoutchoucs pleins, comme on en trouverait plus au poids de l’or…et elle devait peser lourd ! munie de garde-boue en fer avant et arrière. Bon nombre de ses rayons – des rayons directs – avaient été industrieusement remplacés par des baleines de parapluie, dont les fourchettes, qu’on n’avait point ôtées, ballaient au gré des roues en forme de 8. »

« Surpris d’en entendre le régulier cliquetis, ainsi que le grincement des roulements usés, une bonne demi-minute après ce que je supposais devoir être une catastrophe, je rouvris les yeux et n’en pus les croire, ne pus même les croire ouverts : le Pédard se prélassait toujours à gauche, sur la balast !

« Une lumière d’apothéose parut sur l’horizon, et le Pédard en eut l’auréole le premier. C’étaient les illuminations du point terminus des Dix Mille Milles !

J’eus l’impression de la fin d’un cauchemar.

- Allons ! un effort, disait le Corporal. A nous cinq, nous pouvons bien « gratter » le camarade !

(pages 81-82, extrait du texte "La course des 10 000 milles", édition Le pas de l’oiseau)

Extrait d’Ubu cycliste, d’Alfred Jarry

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article